La Tourneuse de pages

Publié le par Sylvain Brunerie

La Tourneuse de pages - Le blog CinéNiavlysDe Denis Dercourt.
Avec Déborah François, Catherine Frot, Pascal Greggory...
Scénario de Denis Dercourt.
Suspense, drame.
1 h 25 min, film français.

Le film commence par un joli contraste : un montage alterné nous montre une fille qui joue du piano et un homme qui découpe des tranches de viande. Car Mélanie, jeune pianiste très douée, est fille de bouchers. Lors d'un concours important, l'attitude de l'examinatrice la perturbe, et elle rate. Cela la décide à arrêter le piano.
    Une dizaine d'années plus tard, de petit métier en petit métier, elle finit par devenir la tourneuse de pages de la pianiste qui lui a fait rater son concours, Mme Fouchécourt. L'occasion de se venger...

    Du début jusqu'à la fin, le suspense est quasiment partout omniprésent dans ce film. Et cela premièrement grâce à la qualité de l'interprétation et de la direction d'acteurs :
    On peut tout d'abord saluer la prestation de Déborah François, découverte dans L'Enfant, qui tient ici un rôle complètement à l'opposé de son premier : froide et inquiétante, sa composition est impressionnante. Quant à Catherine Frot, qu'on ne présente plus, elle ne déçoit pas dans ce film.

    La naissance du suspense permanent est due aussi en partie à la mise en scène : un petit quelque chose — peut-être ces longs et lents travellings — fait que notre coeur ne s'arrête pas de battre du début jusqu'à la fin (heureusement, me direz-vous...). Reste que ce suspense tant réussi prend trop de place dans le film. Au début, on est impressionné, mais on finit vite par se lasser qu'il envahisse même les séquences les plus anodines.

    Comme quoi, c'est bien beau de savoir créer du suspense (et Denis Dercourt a l'air excellent pour ça), mais encore faut-il savoir le maîtriser...   

Note :

La Tourneuse de pages - Le blog CinéNiavlys

Publié dans Salles obscures

Commenter cet article

martine 10/10/2006 22:02

Je suis assez d'accord, bien fait, beaucoup de suspens, mais on ne s'attache pas vraiment aux personnages.

Sylvain Brunerie 10/10/2006 22:08

   On ne s'attache pas spécialement aux personnages, mais il faut dire qu'ils ne sont pas spécialement conviviaux non plus...