Marie-Antoinette

Publié le par Sylvain Brunerie

De Sofia Coppola.
Avec Kirsten Dunst, Jason Schwartzman, Rip Torn...
Biographie historique (plus ou moins...).
2 h 03 min, film américain.
Vu en V.O.

Synopsis :
    À 13-14 ans, Marie-Antoinette, issue de la famille royale d'Autriche, est envoyée en France pour en devenir la dauphine, en raison de quelque alliance militaire. Arrachée à sa famille et envoyée dans une autre, elle s'évade dans l'ivresse de la fête et les plaisirs des sens pour réinventer un monde à elle.

Critique :
    Ne vous attendez pas à une reconstitution historique, c'est loin d'être le cas et Sofia Coppola ne l'a d'ailleurs jamais prétendu. Elle a choisi de recréer Versailles à travers les yeux de Marie-Antoinette, adolescente pas complètement passée à l'âge adulte. Ainsi, on y écoute du rock, on y joue un soir sur deux, on y rigole, et on s'autorise quelques petites dérives (même le roi)...

    Certains diront que Sofia Coppola a profité du succès de Virgin Suicides (mérité) et de Lost in Translation pour tourner un film à gros budget et se reposer sur ses lauriers. Certes, c'est un film à gros budget. Mais la cinéaste ne s'est pas « reposée », loin de là. Sans pour autant égaler son premier film, elle nous sort en permanence des plans superbes qui illustrent en permanence l'état émotionnel de la jeune dauphine, puis reine, de France.

    Les petites touches d'humour ou de caricature, qui agrémentent çà et là le film, et la présence de Kirsten Dunst, aussi parfaite (dans tous les sens du terme...) que d'habitude, ne font que le rendre plus réjouissant.

    Malgré quelques scènes de jeu un peu trop à rallonge, Marie-Antoinette est un film sur une personne et non sur une époque, mais est en tout cas très réussi.

Note :

Publié dans Salles obscures

Commenter cet article

smallwitch 15/11/2006 12:34

J'ai bien aimé ce film, c'est vrai que côté historique, c'est pas vraiment ça, c'est plus focalisé sur la vie à Versaillers, ses fêtes, ses excès, mais aussi sur l'importance de l'héritier, on fait pression sur la jeune reine, pour qu'elle donne naissance au futur roi.

Caracol 21/09/2006 22:52

Un film porteur, qui m'a filé le vertige (pas autat que Lost in Translation mais quasi)
Si cela t'intéresse, une critique de ce film par RBx, mon fidèle compagnon cinéphage, est lisible sur mon blog dans la rubrique petit intermède cinéma...
Bonne continuation dans tes déambulations artistiques
L'escargot féru de Tati (entre autres)

Sylvain Brunerie 23/09/2006 10:01

   Merci de ta visite et de ton commentaire... Je cours voir la critique sur ton blog.

Kate 30/06/2006 17:30

C'est un très bon commentaire! Felicitation.

Sylvain Brunerie 04/07/2006 10:52

Merci :-).

Martine André 23/06/2006 14:52

Il y avait de belles choses mais un je-ne-sais-quoi m'a géné dans ce film. Peut-être qu'il est trop entre la reconstitution historique et le film de création... C'est peut-êtreidiot mais le fait qu'ils parlent anglais pour la V.O. m'a géné... C'est vrai que Kirsten Dunst est super...

Sylvain Brunerie 24/06/2006 10:32

   C'est vrai que c'est perturbant, mais c'est un genre, on aime ou on aime pas. Le jury de Cannes, lui, a pas aimé, apparemment...