- Un père à Pékin - Encore une critique victorieuse

Publié le par Sylvain Brunerie

    Cette année, comme l'an dernier, je suis allé au Festival Cinéma d'Alès Itinérances. Et cette année, comme l'an dernier, j'ai participé au concours de critiques « jeune public » Écrits sur l'image. Et cette année (comme l'an dernier)... j'ai gagné le premier prix de ma catégorie (première). Autant vous dire que je suis assez content. Et pour finir, avant de vous laisser découvrir mon écrit : ... Cette année, comme l'an dernier, le premier prix est un séjour au Festival international du film d'animation d'Annecy. Donc j'y retourne ; et ne puis résister à l'envie de vous mettre un joli smiley :  =).
    Voici donc la critique en question :





 Une certaine modernité au service d'une chronique familiale tragique

    Dans une histoire comme celle-ci de famille pauvre, d'adolescent en difficulté, de mari sortant de prison ; bref, au final, de terrible violence humaine et urbaine, on pouvait s'attendre à un film d'un style réaliste plus que déjà-vu. Très justement, d'ailleurs, car c'est l'impression qui s'impose très vite au début du film. Mais fort heureusement, de nombreux éléments viennent bousculer cette plate impression, et sortent l'oeuvre du réalisme brut et classique dans lequel elle semblait s'inscrire.
    En premier lieu, au niveau de la technique. Qu'il s'agisse de l'utilisation fréquente (et intéressante) du grand-angle, ou par exemple d'un procédé rare comme le trans-trav (inventé par Hitchcock dans Vertigo) ; mais aussi simplement de mouvements de caméra, plus élaborés ou plus rapides qu'à l'accoutumée : tout ceci contribue à rendre le film moins aride, à lui conférer une certaine originalité. De même, un montage varié et des plans originaux ajoutent à la modernité recherchée par le cinéaste. On ressent ici sa volonté de créer quelque chose de nouveau (même s'il ne se détache peut-être pas assez de ses influences). Une originalité qui ne vient cependant pas que de là : le scénario n'est pas prévisible comme on aurait pu le croire, il nous réserve un certain nombre de surprises. L'énergie (positive) et l'humour sont même présents, grâce en partie aux acteurs, qui parviennent à osciller entre rires et larmes d'une façon très juste.
    Un autre point intéressant dans le film est la vision de la collectivité par rapport à l'individu qu'il met en place : plusieurs moments dans le film, par exemple, montrent en effet le couple, seul, devant un flot ininterrompu de voitures, ou devant des immeubles tous aussi insipides les uns que les autres. L'intimité du couple face à la masse de la société humaine. Autre exemple : la séquence où Xiaoyu poursuit en vélo le bus où se trouve sa professeur de littérature. Pendant que les deux personnages, éclairés, se regardent, leur entourage (les voitures et les passagers du bus) est informe, obscur, indéfini. Une séquence, d'ailleurs, qui par son traitement tiendrait presque du conte, accompagné d'un léger surréalisme, vers lequel le film semple parfois lorgner, comme pour échapper à la réalité. Le cinéaste se plaît ainsi à faire ressortir ses personnages de la masse de la société, pour montrer l'emprise qu'elle a sur eux.

    Un père à Pékin est donc un vrai film familial, dans la mesure où il met en scène les personnages d'une famille éclatée en faisant abstraction presque totale des individus qui les entourent. Et, qui plus est, il échappe, malgré quelques retombées de violence brutes (sans doute nécessaires), aux clichés du genre, évitant ainsi de sombrer dans le style "dispute conjugale violente et réaliste", qui lui aurait ôté tout son charme. Car, si l'on oublie sa dureté, fréquente mais pas omniprésente, et son seul personnage « mauvais » (qui d'ailleurs ne réapparait pas à la fin), on peut dire que Un père à Pékin propose une vision globalement positive de l'âme humaine. Ce qui ne fait pas de mal.




    ► Remarque : [Comme l'an dernier], en recopiant cette critique, j'ai résisté à la tentation de changer quelques mots, et j'ai donc scrupuleusement respecté mon texte. [Et cette année, y a même le titre.]

    ► Informations sur le film :
Un père à Pékin (Kan che ren de qi yue), de An Zhanjun.
Scénario de An Zhanjun et Jiang Xiujia.
Avec Fan Wei, Zhao Jun, Chen Xiaoyi...
1 h 35 min, Chine.

Publié dans Salles obscures

Commenter cet article

Film streaming 27/03/2014 03:30


I always go here for horror movies:


http://www.film-streamingvk.fr/


It’s the best site…

Film streaming 27/03/2014 03:29


un interface simple qui facilite la navigation 50 films par page avec affiche je vous laisse decouvrir vous meme : http://www.film-en-lignee.com/

Film en ligne 13/02/2014 21:04


J'aime bien ce que vous avez écrit. Effectivement ta critique est impressionnante !


Bon courage a votre blog 


Salut 

GEE 03/08/2010 12:46



bonjour pour info pour les cinéphiles qui veulent créer l'évènement :


C'est avec beaucoup de plaisir que nous apprenons la naissance du blog des Amis de Paulette Dubost, marraine de notre association.


 


Ce blog est consacré à l'évènement que les cinéphiles épris de la "grande époque" attendent avec impatience, le centenaire de cette grande Dame du Cinéma
français.


 


 


 


 http://les-amis-de-paulette-dubost.over-blog.com


 


 


Nous souhaitons une belle aventure aux Amis de Paulette Dubost en espérant que les hautes instances de notre culture dont le Cinéma participe tant au rayonnement
soient actives dans ce bel évènement.


 


Merci aux Amis des animaux que Paulette soutient avec tant de compassion de diffuser ce lien.



Merci également de soutenir les actions initiées par les Amis de Paulette Dubost pour que cet évènement ait l'ampleur qu'il mérite car il participe du rayonnement
de notre pays et de notre culture.


 


http://les-amis-de-paulette-dubost.over-blog.com


 


Un coup d'oeil à la FILMOGRAPHIE de Paulette nous
permet de comprendre combien sa place dans le cinéma français est importante et combien elle mérite que son oeuvre soit reconnue et récompensée.


http://www.paulette-dubost.com/en_filmographie.php



Marina 27/03/2010 12:49


Mouais ... Je trouve pas que ça soit exceptionnel non plus. Tu n'as pas une plume excellente.