- 7h58 ce samedi-là - Un cambriolage sans conséquence(s)

Publié le par Sylvain Brunerie

Ouf. Une nouvelle critique. Enfin. [si si, je sais que vous le pensez au fond de vous]
Re-bonjour tout le monde.
______________________________________________________________________

7h58 ce samedi-là - Le blog CinéNiavlys
►Un cambriolage d'une entreprise familiale qui devait "arranger tout le monde", et qui tourne mal (très). L'idée de base est aussi simple que cela. Mais c'est sans compter que cette simplicité appelle le reste : les idées géniales de Sidney Lumet (83 ans) (et éventuellement de Kelly Masterson, scénariste).

    Prenant le parti de l'originalité, il décide de montrer successivement différents moments de l'histoire en suivant différents personnages. Prodigieuse idée que celle de cette étrange narration : éclatée en de multiples retours en arrière sur l'affaire autour de différents points de vue, elle permet de multiplier les moments forts et de perpétuellement relancer le spectateur dans sa réflexion. "Deux jours avant le cambriolage avec Andy", "une heure après avec Hank..." : toutes les combinaisons sont possibles et montrées pour la plupart, ce qui fait redoubler le suspense à chaque instant, et ainsi on ne s'ennuie pas. On n'en ressort pas totalement indemne non plus.
    D'un point de vue purement émotionnel, 7h58 ce samedi-là est aussi très réussi : la caméra passionnée de Sidney Lumet capte au plus près des visages toute la tension qu'ils transportent, par le biais d'acteurs parfaitement investis (et pervertis, pour certains). On retrouve ici le génial Philip Seymour Hoffman (Truman Capote), Ethan Hawke (Bienvenue à Gattaca) et Albert Finney (dans le tout récent La Vengeance dans la peau).
    Le film est aussi captivant grâce à son inventivité foudroyante : de retournement de situation en changement brutal d'objectif des personnages, le scénario fait preuve d'une imagination à toute épreuve, solide et efficace.

(Before the Devil Knows You're Dead)
De Sidney Lumet.
Avec Philip Seymour Hoffman, Ethan Hawke, Albert Finney...
Scénario de Kelly Masterson.
Le genre : noir et grinçant.
1 h 20 min, États-Unis.
Vu en V.F.

Note :

7h58 ce samedi-là - Le blog CinéNiavlys
Fiche IMDB

Publié dans Salles obscures

Commenter cet article

coffre-fort ignifuge 27/11/2012 18:18


oui, c'est vrai dans les films on se demande à quoi servent les coffres-forts quand les voleurs les ouvrent en 10 minutes chrono, aprés avoir passer au travers des alarmes les plus sophystiquées,
surtout, celles avec des rayons invisibles hahaha.

Niavlys 27/11/2012 21:40



… Pathétique.



coffre fort 27/11/2012 18:15


Ce qui est marrant, c'est de voir avec quelle facilité ils ouvrent les coffres-forts dans les films.


je voudrait bien les voir avec leur stéthoscope à rechercher la combinaison sur un coffre-fort A2P dernière génération dans la vraie vie.


Ils feraient un peu moins les malins aprés 3 heures de tentaive infriuctueuse, un bouteille de gaz vidée, des forets cassés et pas une égratignure sur le coffre :)


Je suis même pret à leur un prêter un pour rire


http://infosafe.fr


 

Niavlys 27/11/2012 21:39



Hmm… spam ?



dasola 17/11/2007 20:21

J'ai vu le film il y a une semaine et en effet, j'ai beaucoup aimé la construction scénaristisque. Les personnages sont bien campés. Seul Albert Finney est un peu grimaçant. Mais c'est un bon Sidney Lumet.

freddow 13/10/2007 13:30

salutbravo pour ta critique définissant bien le filmce film brillament réalisé par l'auteur se Serpico qui ne laisse pas indifférent même au point de sortir secouéà voir absolument 

martine 10/10/2007 23:57

Le retour du critique...Belle critique, je regrette de n'avoir pas vu le film.Merci.

Niavlys 13/10/2007 10:30

Merci... :-) et désolé de te faire regretter, du coup :-)