5 jours au Festival de Cannes

Publié le par Sylvain Brunerie

    Aïe aïe aïe, que de retard accumulé pendant ces derniers jours... Je dois dire que l'arrivée progressive des vacances m'a laissé en proie à une crise de flemmingite aiguë. Pour information, les sorties de demain ne seront pas non plus détaillées, pour cause de festival, justement. En effet, je pars demain pour le Festival du film d'animation d'Annecy, pour lequel le séjour m'a été offert comme Premier prix ex aequo du concours Écrits sur l'image du Festival Cinéma d'Alès Itinérances. Ceci étant dit, je dois me dépêcher de vous raconter Cannes avant qu'il ne soit trop tard. Allons-y donc pour mon séjour au festival de cinéma le plus prestigieux du monde.
    Ce récit sera découpé en trois parties (et non chronologiquement, comme je l'avais fait pour le festival Itinérances) : les films vus, le festival en dehors des films, et le séjour en tant que voyage "touristique".
    Veuillez m'excuser d'avance, j'ai très peu de temps, et cet article ne sera donc, premièrement, pas fini (seulement la première partie pour aujourd'hui), et deuxièmement, peut-être pas asez abouti. J'espère que j'aurai le courage de le continuer plus tard.
__________________________

    Bien avant d'y aller, on pensait que ce serait génial ("Ouais, les stars !" pour les uns, "Ouais, les films !" pour les autres – moins nombreux). Juste avant, tout le monde nous persuadait que ce serait vraiment nul (les files d'attente de deux heures, l'absence des stars tant attendues...). Au final, que penser de ce festival ? Disons que ce fut... bien. Ça dépend de quel côté on aborde la question.

    Autant le dire tout de suite : j'ai été plutôt déçu, dans l'ensemble, des films qui nous ont été projetés. En voici la liste :

   ¤ Sélection officielle - Compétition :
- De l'autre côté, de Fatih Akin [Prix du scénario]

   ¤ Sélection officielle - Hors compétition :
- Go Go Tales, d'Abel Ferrara

   ¤ Sélection officielle - Séances spéciales :
- Cartouches gauloises, de Mehdi Charef
- Retour en Normandie, de Nicolas Philibert

   ¤ Sélection officielle - Un Certain Regard :
- Munyurangabo (ou Liberation Day), de Lee Isaac Chung
- Sourdes vallées (ou Mang Shan, ou Blind Mountain), de Li Yang
- La novia errante (ou La Fiancée errante), de Ana Katz
- La Soledad, de Jaime Rosales
- Toi qui es vivant, de Roy Anderson

   ¤ Quinzaine des réalisateurs :
- Foster Child, de Brillante Mendoza
- Smiley Face, de Gregg Araki

   ¤ Semaine Internationale de la Critique :
- Les Méduses (ou Meduzot), de Etgar Keret et Shira Geffen [Caméra d'Or]

 + un court métrage : Fog, de Peter Salmon.

[Il manque apparemment dans cette liste deux ou trois des films que nous avons vus, étant donné que je n'avais rien noté et que je ne me souvenais pas forcément des titres des films (je me suis aidé du programme pour faire cette liste).]

    Parmi ces douze films (plus ceux qui manquent), environ la moitié m'ont déplu. Pour tout vous dire, j'y ai souvent dormi, pour ne pas dire systématiquement, et ce n'était pas seulement dû à nos très courtes nuits. En effet, la grande majorité était d'un style lent, contemplatif, comme diront certains, chiant, comme diront d'autres. Un style que j'apprécie beaucoup dans le cinéma de Kim Ki-Duk (Printemps, été, automne, hiver... et printemps), par exemple, mais qui est un peu difficile à supporter quatre fois dans la même journée. Je pense qu'il faut savoir renouveler le cinéma, trouver des manières de filmer plus originales et nouvelles, au lieu d'en utiliser une cent fois vue et revue, mais qui paraît sérieuse et maîtrisée.

    Le chef-d'oeuvre en la matière était sans aucun doute La Soledad, de Jaime Rosales. Le titre laisse déjà penser qu'il ne faut pas attendre un sympathique film tout plein de vie, de joie et de bonheur. Ni d'action. Car La Soledad est un film réaliste, en cela qu'il décrit, pour sa majeure partie, la vie quotidienne dans sa banalité la plus complète. Les conséquences du moment fort du film (car oui, il y en a un – qui, je l'avoue, est plutôt réussi) se ressentent à peine dans la suite, ce qui nous sort de notre torpeur qu'un quart de minute. On notera tout de même un travail de mise en scène intéressant, qui repose sur des plans fixes souvent découpés en deux verticalement, montrant la même action se dérouler en même temps depuis deux points de vue différents. Enfin, ça ne rend pas le film en lui-même plus intéressant pour autant. Parce que bon, je veux bien que La Soledad dépeigne la solitude et que ce soit un style, que ce soit voulu, que ce soit artistique, mais faut quand même pas exagérer.
    Heureusement, des films plus variés nous attendaient au tournant. Comme ce régal d'humour absurde que fut Toi qui es vivant, du suédois Roy Andersson. Vaguement construit autour des rêves des personnages, sans pour autant les présenter de façon psychédélique maintenant classique, le film fait parler les personnages directement à la caméra, donc aux spectateurs. Ici, la simplicité apparente du propos et de l'action est telle qu'elle en devient drôle.
    Un autre film de caractère était celui de Abel Ferrara, Go Go Tales. S'il présente simplement, dans sa première partie, des strip-teaseuses dans une boîte de strip-tease, sans réel intérêt, il devient ensuite (dans sa deuxième partie) d'une humanité très touchante. Les banales strip-teaseuses et les banaux hommes d'affaires deviennent alors des êtres humains, solidaires, joyeux de vivre, qui font tout pour maintenir l'existence de leur petite boîte, pas spécialement luxueuse mais d'une intimité très sympathique. Le regard du cinéaste devient mélancolique, et le film n'en est que plus réjouissant.
    Un dernier film "sympathique" avant de passer à une  oeuvre plus "sérieuse" (mais non moins réussie). Je parlerai ici du Smiley Face de Gregg Araki (Mysterious Skin), une sorte de farce déjantée vantant les démérites de la drogue à travers les mésaventures d'une jeune fille (Anna Faris, héroïne de Scary Movie) ayant malencontreusement ingurgité un certain nombre de space cakes (des gâteaux au cannabis). Usant sans complexe de tous les effets cinématographiques imaginables pour représenter le paradis artificiel, Gregg Araki nous distrait sans problème pendant la durée de son film. Après, disons que c'est pas super poussé, comme analyse des effets de la drogue.
    Pour finir, parlons d'un film chinois, Mang Shan, réalisé par Li Yang. Il raconte le calvaire d'une étudiante kidnappée puis achetée par des paysans pour devenir la femme de l'un d'eux, bien entendu sans son consentement. Cette histoire est traitée avec une puissance sadique des plus fortes : l'héroïne tente à maintes reprises de s'enfuir, mais n'arrive jamais à échapper à ses poursuivants. La puissance de la perversité de ce système s'est d'ailleurs fortement ressentie dans la salle, qui a acclamé le meurtre, par la jeune femme, de son "mari"...

J'ai le regret de m'arrêter ici pour l'instant, puisque je pars pour le festival d'Annecy demain (comme je l'ai déjà dit) et ne reviendrai que dimanche.

Publié dans Ma vie - mon oeuvre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christine 07/10/2007 00:04

Site à visiter svp et à faire connaître http://www.association-estelle.net Cordialement

Léa 31/07/2007 13:25

Coucou Sylvain. C'est Léa.Bon, tu te souviens peut-être pas forcément de moi, J'étais au collège avec toi, en allemand, j'étais aussi, toujours avec une certaine Juliette Beauvais (que tu semblais apprécier ^^). Si je te dis "longs cheveux noirs" ça va sûrement te revenir, puisque c'est grâce à ça qu'on se souvient de moi xD.Je suis tombée sur ton blog par un hasard vraiment euuh hasardeux (c'est pour dire !) en cherchant des infos sur un film pour mon dossier du Festival de Cannes. J'ai lu ton dernier article en entier, j'allais quitter la page quand j'ai vu que cet article, que je pensais (sincèrement) rédigé par un journaliste critique de bon niveau, avait été rédigé par un certain "Sylvain Brunerie" ça me disait bien quelque chose ^^ ... Ben écoute je sais pas trop quoi dire à part que je viens de survoler ton blog, et que je suis assez bluffée à vrai-dire. Je savais que tu voulais être réalisateur, mais je ne pensais pas que tu t'étais déjà autant "inversti" là-dedans ! Eh bien, Jte félicite même si ça sert pas à grand chose ^^. Sûr-ce, Bonne continuation comme on dit ! Bisous

gouriou 26/06/2007 08:29

Cher Sylvaintu dis sur ton commentaire qu 'il n 'y a pas de blog sur le paramormal ,et bien si le miens .Je suis medium depuis mon enfance et raconte ma vie je suis passionnée de paranormal .Mon blog n 'est pas aussi beau que le tient mais je débute jusqu 'au 7 mai 2007 je n 'avais jamais touché un clavier alors j 'ai beaucoup de mal .Ce matin j 'ai découvert ton commentaire je me permet de t 'écrire si tu as des critiques ou des conseils ils sont les bienvenus.amitié guylaine

Niavlys 26/06/2007 12:49

Bonjour,Mon commentaire était mal formulé. Je voulais dire que je ne connaissais, personnellement, aucun blog sur le paranormal. Ceci dit, je m'intéresse un peu aux phénomènes paranormaux, et si je n'y crois pas vraiment, cela n'empêche qu'ils m'intriguent beaucoup... En ce qui concerne l'apparence du blog, c'est vrai que c'est assez dificile à manipuler : l'un des plus grands avantages d'Over-Blog est ainsi réservé aux initiés... Mais ton blog à toi est très correct (encore plus comparé à celui dont je parlais dans le commentaire).Cordialement,Sylvain.

Le Cinq Cinéma 15/06/2007 11:34

allez au cinéma "Le Cinq" a Lagny-sur-marne 77c'est super sympas !!!

Alain Andr� 13/06/2007 01:13

Merci pour tout ça, Sylvain. Bon séjour à Annecy.Alain